Pourquoi allaiter?

Parce que l’allaitement maternelle c’est :

  • Un liquide biologique toujours frais qui apaise la soif et la faim de bébé;
  • Des anticorps indispensables qui renforcent l’immunité du bébé contre certaines maladies;
  • Une relation affective privilégiée;
  • Un aliment qui s’adapte parfaitement aux besoins de l’enfant au fil du temps; 
  • Un moment de détente pour la mère et le bébé;
  • À long terme, une protection contre les cancers féminins;
  • L’équivalent d’une bonne sieste;
  • Une récupération post-partum plus facile;
  • Économique, écologique et pratique;
  • Une perte de poids plus rapide pour la mère.

Parce qu’avant tout, c’est ce à quoi les bébés s’attendent…

Il arrive parfois que l’allaitement soit difficile… et le soutien inadéquat. Parfois même inexistant. N’attendez pas avant de demander de l’aide. Voici une liste de ressources que toutes les nouvelles mamans devraient avoir sous la main :

http://www.inspq.qc.ca/mieuxvivre/

http://www.allaitement.ca/

http://www.nourri-source.org/

http://www.ibclc.qc.ca/

Publicités

Allaiter simplement

IMG_0596Lorsqu’on est sur le point d’accoucher, on croise nos mille petits doigts pour que l’allaitement soit simple… parce qu’allaiter, on veut bien! Mais souffrir, ça nous tente moins!

Premièrement, il faut passer à travers l’étape la plus cruciale : le démarrage de l’allaitement. Suite à sa naissance, le bébé devrait commencer à chercher le sein. Car si sa maman cérébrale-occidentale-épidurale a un peu perdu son instinct, lui, il l’a gardé bien intact (fiou!)… alors on le suit! Un démarrage d’allaitement, ça peut être aussi simple que ça!

Parfois, malheureusement, ce n’est pas le cas. Et à ce moment là, il faut être prêt à donner du temps au temps. Le meilleur moyen de passer à travers un début d’allaitement plus difficile, c’est d’être convaincu, avant l’accouchement, de notre désir d’allaiter. Et être convaincu, c’est plus facile à deux!

Quand surviennent des inquiétudes et des difficultés, on n’est pas trop de deux parents pour trouver l’énergie et les ressources nécessaires pour y arriver. Il faut bien s’entourer. Les infirmières, sages-femmes, accompagnantes et groupes de soutien en allaitement seront vos premiers alliés. Il existe également des consultantes en lactation (IBCLC). Une intervenante a échoué deux fois dans son désir bien réel de vous aider? Changez de ressource. Il suffit souvent d’une personne calme et compétente pour mettre le doigt sur le problème… et proposer la solution qui permettra de remonter à la surface et d’aller tranquillement vers les joies de l’allaitement.

Petite histoire de l’allaitement

Comme la plupart des filles de notre génération, nos mères n’ont pas allaité, nos grands-mères non plus. Est-ce à dire que la montée de l’allaitement des dernières années est une mode? Non, évidemment. C’est plutôt un retour aux sources.

En fait, depuis les débuts de l’humanité, tout le monde a toujours été allaité… jusqu’en 1900 en occident. À cette époque, les occidentaux ont médicalisé les accouchements. Et à peu près en même temps, arrivèrent sur le marché les premières préparations pour nourrissons. Une révolution s’organisait! Rapidement, on s’est mis à vanter le mérite de cette première alternative sécuritaire au lait maternel. Les préparations pour nourrissons sont devenues un symbole de la modernité! Résultat? Les mères en sont venues à croire que leur lait était inadéquat. Et, tout à coup, elles se sont mises à s’inquiéter de ne pas pouvoir mesurer ce que leur bébé buvait!

Et nous voilà cent ans plus tard… L’envie de l’allaitement nous reprend parce que bon sang, on sait bien qu’on est faites pour ça! Mais on ne sait plus trop comment faire. Il y a un maillon de la chaîne qui a été brisé. L’allaitement devrait être quelque chose d’instinctif. Le problème, c’est qu’on a un peu perdu notre instinct. Le cerveau humain est le plus développé des cerveaux des mammifères… pour le meilleur et pour le pire!