Pourquoi allaiter?

Parce que l’allaitement maternelle c’est :

  • Un liquide biologique toujours frais qui apaise la soif et la faim de bébé;
  • Des anticorps indispensables qui renforcent l’immunité du bébé contre certaines maladies;
  • Une relation affective privilégiée;
  • Un aliment qui s’adapte parfaitement aux besoins de l’enfant au fil du temps; 
  • Un moment de détente pour la mère et le bébé;
  • À long terme, une protection contre les cancers féminins;
  • L’équivalent d’une bonne sieste;
  • Une récupération post-partum plus facile;
  • Économique, écologique et pratique;
  • Une perte de poids plus rapide pour la mère.

Parce qu’avant tout, c’est ce à quoi les bébés s’attendent…

Il arrive parfois que l’allaitement soit difficile… et le soutien inadéquat. Parfois même inexistant. N’attendez pas avant de demander de l’aide. Voici une liste de ressources que toutes les nouvelles mamans devraient avoir sous la main :

http://www.inspq.qc.ca/mieuxvivre/

http://www.allaitement.ca/

http://www.nourri-source.org/

http://www.ibclc.qc.ca/

Publicités

L’importance des cours prénataux

Les cours prénataux sont à l’accouchement, ce que l’entraînement est au marathon. Une bonne préparation fait toute la différence! Pourtant, les études démontrent que seulement 36 % des québécois participent à des rencontres prénatales. Pourquoi? Par manque d’intérêt? Faute de temps? Dommage, car  il a bel et bien été démontré par plusieurs études* que la préparation prénatale apporte de nombreux bénéfices au couple :

  • davantage de contrôle sur la grossesse et  l’accouchement;accompagnante image
  • diminution de l’utilisation de médicaments durant le travail;
  • amélioration de l’estime de soi;
  • plus grande confiance;
  • meilleure communication entre le couple et les intervenants;
  • plus grande satisfaction lors du jour de la naissance;
  • plus haut taux de réussite de l’allaitement.

Cours de groupe ou cours privés? Les cours de groupe apportent une bonne base et vous permettent de rencontrer d’autres couples. Par contre, si vous préférez vivre ces moments de façon plus intime, il est possible  d’opter pour des cours privés. Une formule personnalisée et bien adaptée à vos besoins peut vous être offerte par une accompagnante à la naissance certifiée. Vous serez alors plus à l’aise de poser vos questions et de passer plus de temps sur les aspects qui vous préoccupent vraiment. Tout cela, dans le confort de votre foyer.

Puisque l’arrivée d’un enfant est un événement unique, pourquoi ne pas mettre tout en oeuvre pour que ces moments si précieux deviennent source de bonheur, de béatitude et de tranquillité d’esprit. Ne serait-ce que pour enfin faire taire une fois pour toute les horribles histoires d’accouchement qui gravitent dans nos esprits depuis tant d’années.  Pour démystifier toutes les questions entourant la naissance. Et du coup, les peurs font place à la confiance. La douleur a maintenant un sens et une raison d’être. On la craint moins. On a peut-être même envie de l’apprivoiser… On se sent plus forte, plus outillée. On est prête pour le grand jour!

*http://sogc.org/healthybeginnings/index_f.html

 

La grande traversée

Lors d’un accouchement, la première personne que l’on rencontre, c’est soi-même.

On se retrouve dans toute notre vulnérabilité. Remontent les peurs, les blessures, les insécurités, les deuils.

On se découvre dans toute notre animalité. Sortent de nous des sons qu’on ne s’était jamais entendu prononcer, et bouge le corps dans un ballet impossible à planifier.

On se révèle dans toute notre force, une force millénaire que tant d’autres ont ressentie avant nous. Cette force est faite de confiance, la confiance que cette douleur est intense mais sans danger.  Cette force est faite de courage, le courage de glisser vers l’inconnu.

La traversée impose son rythme, ses étapes, ses transitions, son temps. Et une fois la dernière vague passée, on est mère… et plus tout à fait la même.

La péridurale augmente la durée de l’accouchement. Vrai ou faux ?

La péridurale prolongerait la durée de l’accouchement de deux heures… L’étude du Dre Yvonne Chenge et ses collègues de l’Université de Californie portait sur 42 268 femmes entre 1976 et 2008.  Il s’agissait de comparer la durée de l’accouchement entre les femmes qui n’avaient pas reçu l’épidurale et celles qui en avaient bénéficié. L’étude mentionne également le fait qu’il y a certains risques reliés à son utilisation comme la chute soudaine de pression artérielle qui peut affecter le bébé. Les résultats sont présentés dans la revue Obstetrics & Gynecology.

Pour en savoir davantage :

http://journals.lww.com/greenjournal/Abstract/publishahead/Second_Stage_of_Labor_and_Epidural_Use__A_Larger.99536.aspx

La position couchée nuit au bon déroulement de l’accouchement!

Selon Dr Bernadette de Gasquet, chaque femme doit pouvoir accoucher dans la position qui lui convient le mieux et sans forcer pour pousser l’enfant. Nombreuses sont les futures mamans qui sont surprises d’apprendre qu’accoucher sur le dos n’est pas un règlement obligatoire de l’hôpital. La majorité des images qui nous viennent en tête lorsqu’on y pense, correspondent à celles de femmes couchées sur le lit. Nous avons donc tendance à penser que cela reste la façon ultime et privilégiée pour mettre au monde. Cela dit, la position gynécologique ne convient pas à toutes et est maintenant pointée du doigt par les experts pour ses effets négatifs tant chez la mère que chez le bébé.IMG_4507
Le collectif Cochrane a récemment apporté la conclusion suivante : la position couchée nuit au bon déroulement de l’accouchement. Le fait de demeurer allongé durant le travail aurait un impact sur l’efficacité des contractions utérines. De plus, l’apport en sang reçu par le placenta en serait diminué. Pourquoi donc le propose-t-on d’emblée la plupart du temps? Chose certaine, cette pratique mérite d’être révisée pour le plus grand bien de la mère et du bébé à naître. Vivement la mobilité durant l’accouchement! Une phase du travail plus courte, moins de péridurale, moins de risques de césarienne, et enfin moins de bébés nécessitant des soins intensifs. Alors mesdames, bougez et surtout suivez votre instinct. Il vous le rendra bien!
Références :
Lawrence A, Lewis L, Hofmeyr G, Styles C. (2013) Maternal positions and mobility during first stage labour. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 10. Art. No.: CD003934. DOI: 10.1002/14651858.CD003934.pub4