La grande traversée

Lors d’un accouchement, la première personne que l’on rencontre, c’est soi-même.

On se retrouve dans toute notre vulnérabilité. Remontent les peurs, les blessures, les insécurités, les deuils.

On se découvre dans toute notre animalité. Sortent de nous des sons qu’on ne s’était jamais entendu prononcer, et bouge le corps dans un ballet impossible à planifier.

On se révèle dans toute notre force, une force millénaire que tant d’autres ont ressentie avant nous. Cette force est faite de confiance, la confiance que cette douleur est intense mais sans danger.  Cette force est faite de courage, le courage de glisser vers l’inconnu.

La traversée impose son rythme, ses étapes, ses transitions, son temps. Et une fois la dernière vague passée, on est mère… et plus tout à fait la même.

Publicités